Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un gestionnaire de stocks d’emballage

Usine, stockage, rayonnage, chariot élevateur

Q. Quelles sont les qualités clés de la gestion de stock d’emballage?
R. La rigueur, l’autonomie et le relationnel. On ne peut pas faire ce métier sans avoir le sens de l’organisation. Il faut aussi le sens des responsabilités, être capable de prendre des décisions rapides, surtout dans des situations d’urgence. Et puis, nous sommes en contact permanent avec les fournisseurs. Même si nous ne négocions pas directement les produits, nous négocions les délais de livraison, ce qui suppose d’avoir la fibre diplomatique !
Q. Les particularités de votre métier ?
R. Je suis chargé de gérer l’emballage de la Vache qui rit, de l’aluminium à la caisse d’expédition, en passant par les étiquettes et… par le petit fil rouge qui permet l’ouverture ! Il faut que les quantités adaptées de chacun de ces éléments soient réunies en même temps. Il faut être partout, s’adapter aux changements, et garder les pieds sur terre, car il faut en plus se souvenir de tout ! Il y a un ensemble de contraintes, mais c’est aussi tout cela qui fait l’intérêt du métier.
Q. Un travail d’équipe ?
R. Mes magasiniers et moi formons une véritable équipe. Les journées sont conviviales, chacun sait ce qu’il a à faire. Les magasiniers viennent me voir seulement en cas de problème. Il n’y a pas de lourdeur hiérarchique.
Q. Comment devient-on gestionnaire de stocks ?
R. J’ai un parcours plutôt atypique : j’ai fait un CAP et un BEP électrotechnique, avant d’arriver un peu par hasard au service expéditions de l’usine, où je chargeais les camions. Puis, j’ai fait « mon bonhomme de chemin » : ouvrier pilote aux expéditions [chefs d’équipe qui contrôlent les produits finis avant qu’ils soient chargés dans les camions], puis gestionnaire des ingrédients et additifs au service des matières premières, et enfin ce poste. À mon sens, il n’y a pas de diplôme requis pour être gestionnaire des stocks, il faut juste développer les bonnes compétences. On peut avoir en interne des formations courtes de responsable magasinier, mais on se forme aussi beaucoup « sur le tas », en pratiquant le métier.