Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un technico-commercial en matériel de traite

Pis traite gobelets trayeurs

Q. Pour exercer ce métier, faut-il être issu du milieu agricole ?
R. Ce n’est pas une obligation… Mais c’est vrai qu’il faut très bien connaître l’élevage laitier. C’est une connaissance qui peut s’acquérir par des stages et des formations, après des études commerciales classiques. Les éleveurs aiment bien piéger les vendeurs ! Et ils sentent rapidement si vous êtes du milieu ou pas.
Q. L’éleveur a besoin de se sentir en confiance ?
R. C’est primordial. L’installation de traite est un poste fixe dans un bâtiment. C’est un gros investissement. On n’a pas le droit à l’erreur; on vend son gagne-pain à l’éleveur. Il doit sentir qu’on est sûr de ce qu’on lui propose.
Q. Technico-commercial en matériel de traite, un métier difficile ?
R. Il ne faut pas compter son temps. Mais on est libre de s’organiser comme on veut, et les satisfactions sont nombreuses. Proposer un devis parfaitement adapté, savoir l’éleveur content, c’est gratifiant. Mais l’aspect que je préfère, c’est le contact avec la nature. Quand je marche à travers la plaine, le matin, pour aller à la rencontre d’un éleveur, je sais que j’ai choisi le bon métier !