Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un vacher

Eleveur qui ferme le troupeau de vaches normandes, chemin

Q. Être vacher, c’est… aimer les vaches ?
R. C’est la première condition, bien sûr ! Il faut être à l’aise avec les bêtes. C’est un métier exigeant, car les journées sont longues et le rythme est soutenu. Il faut connaître parfaitement le troupeau, mais il faut aussi rester ouvert sur l’extérieur pour pouvoir progresser, apprendre et se former, sur les aliments ou sur le contrôle laitier par exemple. C’est important de pouvoir en discuter avec des professionnels, échanger des informations et s’améliorer.
Q. Un métier pas tout à fait comme les autres ?
R. Il faut être passionné ! En ce qui me concerne, j’aime profondément le contact avec les animaux, j’ai appris à traire à 11 ans. Je considère le troupeau [de mon patron] comme le mien et j’en suis fier. Mon projet serait de me lancer dans le concours Prim’Holstein [la race des vaches du troupeau], juste pour le plaisir, par passion, car mon responsable n’est pas très chaud. Par fierté aussi, pour montrer le troupeau, présenter la race et ses qualités laitières, faire valoir mon métier.
Q. Et demain ?
R. J’ai trouvé ma voie. Avec six ans d’expérience et grâce à mon employeur qui m’a impliqué dans les projets et les bilans, je peux espérer m’installer bientôt. C’est pour moi un véritable défi !