Chaine d'embouteillage de lait

Métiers & formations

Fiche métier

Vacher remplaçant

traite étable montbéliardes Doubs

En quelques lignes

Intérimaire, il remplace les éleveurs et les vachers sur de courtes durées.

Un métier, plusieurs cadres de travail

Salarié polyvalent de Groupements d’employeurs, le vacher remplaçant partage son temps entre plusieurs exploitations. Dans chacune d’entre elles, il accomplit le même type de tâches que le vacher permanent : il s’occupe du troupeau, assure la traite, aide l’éleveur…

Signe distinctif : il doit s’adapter en permanence aux particularités de chaque ferme, jongler avec les horaires, les emplois du temps et de nombreux déplacements. Bénéfices à l’arrivée : liberté d’action et grande variété d’expériences.

Planifier son temps en toute autonomie

Le remplacement est demandé par un exploitant (ou une exploitante) adhérents au Groupement, lors d’arrêts maladie ou maternité, formation…

Autonome, il organise son planning de travail et intervient à la carte, parfois pour une semaine, parfois pour plusieurs mois. Il peut choisir les exploitations en fonction des horaires, de ses périodes de congé… mais aussi de ses préférences ! Seul impératif : ne pas travailler plus de 2 000 heures par an.

Le remplaçant peut aussi apporter un complément de main d’œuvre à l’éleveur occupé à l’extérieur, en période de gros travaux des champs (récoltes des fourrages par exemple).

La tête sur les épaules

Il n’y a pas deux exploitations identiques. Chacune a ses méthodes et ses techniques. Etre vacher de remplacement demande une excellente capacité d’adaptation, de réactivité. A la clé, la garantie d’une solide expérience.

Durant les quelques heures passées avec l’éleveur qui va lui laisser les rênes du troupeau, il doit tout enregistrer, tout comprendre, se souvenir de toutes les particularités. Et lorsqu’il prend le relais, il doit mettre en œuvre les règles de fonctionnement, différentes selon chaque ferme.

Une multitude de situations nouvelles, qui sont pour lui autant d’occasions de progresser.

Témoignage

bouclage veau éleveur
Vacher remplaçant

Lieu : Nord de la France

Depuis : 2001

Q. Edouard, comment organisez-vous votre travail ?
R. J’ai un employeur principal pendant trois ou quatre jours par semaine. J’y suis très attaché et il me laisse faire de longs remplacements ailleurs plusieurs jours d’affilée. Il m’arrive aussi de travailler le soir et le week-end. Mais je n’ai pas le droit de dépasser mon quota d’heures : je suis donc parfois obligé de refuser des clients.

Q. Une qualité essentielle pour faire ce métier ?
R. Il faut être motivé. On travaille souvent lorsque les autres s’arrêtent, c’est-à-dire les dimanches, les week-ends, pendant les vacances scolaires et les fêtes. Il faut bien gérer ses horaires pour ne pas être trop fatigué.

Q. Changer souvent d’employeur, ce n’est pas trop difficile ?
R. Il faut bien s’entendre avec l’éleveur, établir une relation de confiance tout en respectant les différences et rester discret. Notre position nous amène en effet à être au courant des fonctionnements de plusieurs fermes. Il faut savoir le garder pour soi et s’adapter à chaque exploitation.

Toutes les fiches métiers

Galerie