Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un chargé d’études valorisation agricole des déchets

tree-4152684_1920

Q. La gestion des déchets d’élevage, une réalité ?
R. Les industriels sont plus en avance là-dessus, ils gèrent leurs effluents depuis une quinzaine d’années. Pour l’agriculture, l’évolution se fait plus lentement. Le problème vient aussi du fait que quand un éleveur améliore ses pratiques, il n’y a pas de bénéfice immédiat : le changement n’est perceptible au niveau du milieu (nappes phréatiques, atmosphère) que cinq, voire dix ans après.

 

Q. La pédagogie, une qualité indispensable d’un chargé d’études pour la valorisation des déchets ?
R. Oui. Il faut savoir faire passer le message environnemental et « vendre » nos propositions. Cela passe par de nombreuses réunions, des sessions de formation et une vraie disponibilité pour répondre aux personnes qui appliquent nos solutions sur le terrain.

 

Q. Un métier qui évolue ?
R. Oui. Il y a 10 ans, on ne parlait pas de réchauffement climatique et des consommations énergétiques, et voilà que mes prochains projets portent sur l’émission de gaz à effet de serre dans les élevages et les économies d’énergie. C’est un sujet auquel je ne connais pas grand-chose pour le moment, mais dans quelques temps il me faudra répondre aux sollicitations des différents interlocuteurs de la filière.