Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un automaticien industriel

Q. Quelles sont les qualités requises pour être Automaticien industriel (H/F) ?

R. D’après mon expérience, il faut avant tout être rigoureux, bien organisé et faire preuve d’une bonne logique, notamment pour limiter les risques de « bug » techniques.

Ensuite, il faut savoir garder son calme lorsqu’on intervient en situation d’urgence comme lors d’un dépannage, par exemple, sur des machines qui sont en service. On peut être soumis à une certaine pression car il y a des process que l’on ne peut pas arrêter sous peine de perdre une partie de la production. Donc il faut savoir gérer le stress et analyser la situation calmement.

Il faut aussi savoir être autonome et faire preuve de polyvalence car on est amené à utiliser toutes sortes de matériels. Il faut enfin être à l’écoute des utilisateurs des process ou de la machine sur laquelle on doit intervenir.

Q. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent s’engager dans cette voie ?

R. Je suis un passionné et je pense qu’il faut l’être un peu en matière d’informatique et de technique pour s’engager dans ce métier. Il est nécessaire d’aimer la programmation et il faut apprécier le terrain autant que le bureau car on passe une bonne partie de son temps devant l’ordinateur.

Il ne faut pas non plus négliger l’apprentissage de l’anglais car on rencontre assez souvent des notices et des manuels qui ne sont pas traduits.

Q. Pouvez-vous évoquer un des aspects de votre métier que vous appréciez particulièrement ?

R. Ce que j’aime dans ce métier, c’est l’étape de la mise en service car c’est là que la programmation – qui est assez abstraite – devient concrète : lorsque l’on voit la machine s’animer. On teste, on corrige, on améliore… J’aime cet aspect où l’on visualise vraiment ce que l’on a fait.