Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’une ingénieure animatrice de bassin versant

Q. Quelles sont les qualités requises pour être animateur/trice de bassin versant ?

R. Pour faire ce métier, il faut aimer le contact, être disponible, savoir écouter, être pédagogue, curieux. Il faut aussi savoir se montrer convaincant envers nos interlocuteurs, utiliser les bons arguments pour les amener à adopter de nouvelles façons de travailler. Enfin, il est impératif d’avoir la capacité de s’adapter à nos différents interlocuteurs, savoir gagner leur confiance.

Q. Quel conseil donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent s’engager dans cette voie ?

R. Je dirai qu’il est important de garder un regard transversal sur les différentes spécialités et une ouverture d’esprit avec tous les acteurs du territoire. C’est-à-dire qu’il ne faut pas se fixer exclusivement sur son domaine d’activité. Quand je vais voir un agriculteur sur le terrain, par exemple, je ne vais pas m’intéresser qu’à ma spécialité (le volet agricole), car il va me poser des questions sur les cours d’eau, le bocage mais aussi sur le rôle des collectivités… C’est pour cela qu’il est utile d’avoir un minimum de notions dans les différents domaines.

Q. Pouvez-vous évoquer un des aspects de votre métier que vous appréciez particulièrement ?

R. J’apprécie le fait de me sentir utile pour le bien commun. On travaille pour la reconquête de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques. Quand un agriculteur me dit « merci », je sais qu’on avance et c’est pour le bien commun. Pour donner un exemple concret : certaines actions que nous préconisons sont bénéfiques pour les sols. Un sol qui « fonctionne » bien permet de bons rendements tout en utilisant moins d’intrants contre les maladies ou les adventices.