Pictos de Réseaux sociaux sur téléphone portable

Espace pédagogique

Les dernières actualités
  • 30-08
    Vétérinaire rural en 2021 : un métier aux multiples facettes

    À l’instar des éleveurs, les vétérinaires ruraux ont vu leur profession évoluer ces dernières années. Le soin aux animaux se prolonge de plus en plus d’un volet conseils, accompagnement et prévention. Rencontre avec Gérard Bosquet, vétérinaire rural spécialisé en bovins dans les Ardennes.

  • 31-05
    Journée Mondiale du Lait : un événement à vivre ensemble !

    Ensemble sera le maitre mot de la filière pour la Journée Mondiale du Lait, ce 1er juin. Ensemble pour construire une France Terre de lait durable, portée par des métiers attractifs, « au contact du vivant », et sources d’opportunités d’emplois !

  • 02-04
    La Vache qui rit a 100 ans : focus sur sa Maison et les animations

    Depuis le Jura où est fabriqué l’emblématique fromage fondu, un anniversaire s’apprête à être grandement célébré : le centenaire de La Vache qui rit, depuis son musée de marque paré pour l’occasion. Visite !

  • 10-02
    Sarthe : de jeunes éleveurs rencontrent les élèves

    Faire découvrir l’univers du lait, c’est aussi évoquer les nombreux métiers qui lui sont associés. Un quotidien et une passion que partagent les JA de la Sarthe avec les élèves de primaire.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
-

Témoignage d’un vétérinaire rural

Vétérinaire stabulation vaches

Q. Vétérinaire spécialisé dans le laitier, un métier exigeant ?
R. En effet. Il faut avoir un esprit d’observation pour le diagnostic, mais aussi beaucoup d’endurance pour s’adapter aux horaires et gérer le stress. Il y a toujours des urgences qui déstructurent les journées. Sur le plan technique, la vache a un fonctionnement biologique très complexe, ce qui rend notre métier à la fois passionnant et spécifique.
Q. Quelles sont vos relations avec les éleveurs ?
R. Nous cherchons à établir une relation de confiance. Notre indépendance est un atout [la plupart des vétérinaires ruraux travaillent en libéral, et sont donc payés directement par l’éleveur]. Par ailleurs, les exploitants sont de plus en plus compétents. Ils ont souvent des connaissances techniques très pointues, ce qui implique pour nous de nouveaux modes de travail : notre rôle de conseiller d’élevage est appelé à se développer
Q. L’avenir de la profession de vétérinaire rural ?
R. Il faut apprendre à « faire savoir notre savoir-faire », à valoriser notre nouveau rôle dans un contexte technico-économique en pleine évolution. Nous ne sommes plus seulement des urgentistes, nous devons aussi apporter des conseils en alimentation, reproduction, zootechnie ou encore économie.