Les produits laitiers

Le beurre
Lire la suite

Le beurre

Il existe désormais différentes variétés de beurre, du beurre demi-sel, au beurre allégé, en passant par le beurre facile à tartiner. Chaque type de beurre propose ainsi de nouvelles saveurs en parfaite harmonie avec l’onctuosité de ce produit laitier.

Il décode la valeur du lait

Les analyses du lait jouent un rôle capital dans le secteur laitier : elles permettent d’évaluer la qualité bactériologique et la composition du lait de chaque ferme, et donc sa valeur marchande.
Le technicien signe d’ailleurs une clause de confidentialité avec le laboratoire. A partir de ces résultats, la laiterie fixe le prix payé aux éleveurs fournisseurs de lait. Il existe en France 15 laboratoires interprofessionnels, arbitres « du prix du lait », répartis dans les régions laitières.

Des technologies de pointe
Les techniciens de ces laboratoires analysent les échantillons de lait prélevés au moins 3 fois par mois dans chaque ferme. Le lait de 67 200 producteurs est ainsi contrôlé.

Au sein d’un « labo » équipé des dernières technologies, le technicien procède à l’analyse en séries de plusieurs centaines d’échantillons à l’heure (environ 400 par heure), suivant des protocoles rigoureusement établis.
Il s’assure d’abord que les analyseurs sont bien étalonnés, puis vérifie que les échantillons à analyser sont intacts et bien identifiés. Il évalue les taux de matière grasse et protéique par analyseurs à infra-rouge, la quantité d’eau par cryoscopie, et vérifie l’absence d’antibiotiques par lecteur au scanner. Autant de méthodes d’analyses et de procédures harmonisées au niveau national.

Enfin, le technicien effectue le nettoyage rigoureux de son matériel et, à date régulière, le ré-étalonnage et la maintenance préventive des automates.

Un verdict de plus en plus rapide

En fin de journée, le technicien transfère plus de 4 000 données dans la base informatique. Un délai de quelques heures seulement est nécessaire entre le moment des analyses et la transmission des données : producteurs et laiteries peuvent ainsi réagir quasi instantanément en cas d’anomalie.