Métiers et formations

Métiers & formations

Fiche métier

Technico-commercial aliment du bétail

Hommes devant ensilage

En quelques lignes

SPECIALISTE DE L’ALIMENTATION BOVINE, IL PROPOSE LES COMPLEMENTS NUTRITIONNELS A UNE BONNE ALIMENTATION DU TROUPEAU POUR PRODUIRE UN LAIT DE QUALITE.

Une ration alimentaire équilibrée
Foin, plantes fourragères, céréales, ensilage… La plus grande partie de l’alimentation du troupeau laitier est produite sur l’exploitation. Pour nourrir correctement les vaches, il est nécessaire de compléter, au moins à certains moments de l’année, cette « ration de base » par des compléments produits par l’industrie d’aliments du bétail. De même pour les veaux et les génisses.
Ces aliments « de complément », auxquels des vitamines et des minéraux peuvent être ajoutés, sont des associations de tourteaux, céréales et luzerne… Véritables concentrés de protéines et/ou d’énergie, ils se présentent sous forme de granulés ou de farines.
L’objectif d’un bon technico-commercial n’est pas seulement de vendre à prix compétitifs mais aussi de conseiller efficacement l’éleveur.
Des conseils avisés pour mieux vendre
Cette dimension de conseil technique est primordiale pour gagner la confiance de son client. Autant dire qu’il doit être très pointu en matière d’alimentation des ruminants, connaître le fonctionnement particulier de leur digestion et leurs besoins nutritionnels.
Cela implique d’examiner avec l’éleveur la qualité des fourrages disponibles sur l’exploitation, les résultats des analyses du contrôle laitier, et même de jeter un coup d’œil sur l’état général des vaches et des génisses ! En effet, l’alimentation d’un bon troupeau démarre… dès le berceau : la façon de nourrir les génisses pendant leur croissance conditionne en partie leur future lactation.
Contrat de confiance
Après avoir pris en compte tous ces paramètres, il détermine avec l’éleveur les besoins en aliments de complément. Il doit conseiller les produits les mieux adaptés, pas forcément les plus chers ! Et ses recommandations doivent être suivies de résultats : un troupeau qui atteint les objectifs de production de lait définis par l’éleveur.

Témoignage

Eleveur et conseiller au bureau
Technico-commercial aliment du bétail

Lieu : Nord de la France

Depuis : 1988

Q. Votre rôle ne se limite pas à la vente ?
R. Non, bien sûr ! Nous offrons avant tout un service qui repose sur nos compétences techniques et notre capacité de conseil. Il ne suffit pas d’offrir des prix compétitifs. Nous devons faire prendre les bonnes décisions à l’éleveur. Cela ne sert à rien de mettre du super dans une deux chevaux ! Il faut s’adapter au cas par cas selon le troupeau et vérifier ses choix par un suivi régulier.

Q. Les subtilités du métier ?
R. L’alimentation doit à la fois être appétante pour la vache et améliorer ses apports nutritionnels. Si elle mange plusieurs fois par jour des aliments bien équilibrés, elle aura plus de lait. Cela demande de prendre en compte un ensemble de petits critères et ça peut aller jusqu’à l’observation attentive de la bouse pour analyser la digestion !

Q. Vous êtes toujours sur le terrain ?
R. Je suis beaucoup sur la route. On va d’exploitations en exploitations, on rencontre des éleveurs passionnés qu’il faut convaincre. Mais j’ai mon portable et mon ordinateur dans la voiture et une base de données qui comprend tous les produits avec leurs caractéristiques techniques, le tout relié à Internet. Lorsque j’envoie des échantillons à analyser [ par exemple l’ensilage d’un client ], je peux ainsi recevoir les résultats.

Toutes les fiches métiers

Galerie