Métiers et formations

Métiers & formations

Fiche métier

Vétérinaire

Vétérinaire

En quelques lignes

VETERINAIRE SPECIALISE DANS LE LAITIER, ENTRE CONSEIL ET PREVENTION, IL PREND EN CHARGE LA SURVEILLANCE DU TROUPEAU.

A la fois urgentiste et conseiller

Longtemps appelé pour intervenir dans l’urgence, le vétérinaire rural s’oriente de plus en plus vers le conseil et la prévention. Les connaissances techniques des éleveurs ne cessant de s’améliorer, le vétérinaire les accompagne désormais dans la prise en charge sanitaire de leur troupeau.

Sa mission : réunir les conditions pour que les animaux soient en parfaite santé, tout en demeurant un acteur- clé du diagnostic et du traitement des maladies. Investi également d’une responsabilité à l’égard des pouvoirs publics, le « véto » effectue tests et prélèvements à chaque introduction d’un nouvel animal dans un troupeau, et fait remonter les premières informations sanitaires en cas d’alerte.

Surveiller pour mieux soigner

Comment éviter qu’une maladie s’introduise ou se développe dans le troupeau ? Le vétérinaire mène une démarche de prévention axée sur la détection et l’élimination des facteurs de risque potentiels. Pour cela, il observe l’environnement, l’hygiène, l’alimentation ; et il examine les indicateurs apportés par les autres intervenants de l’élevage (résultats du contrôle laitier et du laboratoire interprofessionnel d’analyse du lait). Autant de clignotants sur le tableau de bord de l’exploitation.

Si le vétérinaire diagnostique, prescrit, délivre voire administre des médicaments, il prend aussi en charge la surveillance sur le long terme de l’état de santé du troupeau en intervenant dans tous les domaines de l’ élevage : reproduction, alimentation, zootechnie.

En bonne condition physique

De par la diversité de ses missions, le vétérinaire doit être polyvalent et s’adapter, au fil de ses déplacements, aux particularités des exploitations. Il peut enchaîner une intervention préventive, prévue de longue date (prophylaxie), et un vêlage très « physique » suite à un appel de dernière minute !

Le vétérinaire conserve en effet son statut d’urgentiste, en cas d’accident, de maladie, ou de complications lors d’un vêlage. Il peut être sollicité à toute heure du jour et de la nuit, ce qui nécessite beaucoup d’endurance.

Être vétérinaire requiert également une bonne résistance physique et… de la force car une vache d’une demi-tonne ne se manipule pas comme un toutou !

Témoignage

Vétérinaire stabulation vaches
Vétérinaire

Lieu : Nord de la France

Depuis : 1980

Q. Vétérinaire spécialisé dans le laitier, un métier exigeant ?
R. En effet. Il faut avoir un esprit d’observation pour le diagnostic, mais aussi beaucoup d’endurance pour s’adapter aux horaires et gérer le stress. Il y a toujours des urgences qui déstructurent nos journées. Sur le plan technique, la vache a un fonctionnement biologique très complexe, ce qui rend notre métier à la fois passionnant et spécifique.

Q. Quelles sont vos relations avec les éleveurs ?
R. Nous cherchons à établir une relation de confiance. Notre indépendance est un atout [la plupart des vétérinaires ruraux travaillent en libéral, et sont donc payés directement par l’éleveur]. Par ailleurs, les éleveurs sont de plus en plus compétents. Ils ont souvent des connaissances techniques très pointues, ce qui implique pour nous de nouveaux modes de travail : notre rôle de conseiller d’élevage est appelé à se développer

Q. L’avenir de la profession ?
R. Il faut apprendre à « faire savoir notre savoir-faire », à valoriser notre nouveau rôle dans un contexte technico-économique en pleine évolution. Nous ne sommes plus seulement des urgentistes, nous devons aussi apporter des conseils en alimentation, reproduction, zootechnie ou encore économie.

Toutes les fiches métiers

Galerie