Actualités

Actualité

Les dernières actualités
  • 12-02
    Concours « Le lait du futur » : et les gagnants sont… !

    À l’invitation de l’ONISEP et du CNIEL, plusieurs classes de collèges et de lycées ont relevé le défi du concours « Le lait du futur ». Ils ont imaginé un produit laitier innovant, en se glissant dans la peau d’entrepreneurs. Découvrez les gagnants !

  • 29-01
    Mondial des Métiers à Lyon : les métiers du lait qui recrutent

    Du 6 au 9 février, le 24e Mondial des Métiers présentera plus de 700 activités professionnelles à Eurexpo-Lyon. Parmi elles, 13 métiers du lait qui mêlent innovation, tradition, et recrutement !

  • 20-01
    Surpoids : les collégiens se mobilisent avec CAPSport

    Face à la progression du surpoids chez les jeunes, pourquoi ne pas poser la question de sa prévention directement aux intéressés ? C’est ce que propose la mission CAPSport aux élèves de 4e : créer un événement alliant sport et messages santé. Et ça bouge !

  • 06-01
    Santé à l’école : 3 questions au Dr Roux

    Bien manger et bouger est le message porté via le Parcours éducatif de santé, de la maternelle au lycée. Comment et avec quels résultats ? Le point avec la présidente honoraire de l’ASCOMED, le Dr Marie-Thérèse Roux.

Exprimez-vous!
Une question, un avis, une suggestion ?
Produits laitiers
-

Santé à l’école : 3 questions au Dr Roux

Bien manger et bouger est le message porté via le Parcours éducatif de santé, de la maternelle au lycée. Comment et avec quels résultats ? Le point avec la présidente honoraire de l’ASCOMED, le Dr Marie-Thérèse Roux.

L'importance du petit déjeuner

Marie-Thérèse Roux est conseiller du recteur honoraire et ancienne Présidente de l’Association des Médecins conseillers techniques de l’Éducation nationale (ASCOMED). À ce titre, elle a une vision transversale des actions mises en œuvre dans les établissements, et surtout, des effets observés. Rencontre.

Quelle est la mission de l’école en matière d’éducation nutritionnelle des enfants ?

L’objectif de l’école n’est pas seulement d’acquérir des savoirs, il est aussi de permettre aux élèves de développer des compétences et ce, à trois niveaux : théorique, physique et psychologique, psycho-social.

En d’autres termes, de prendre en compte le corps dans toutes ses dimensions, car au-delà du physique, la dimension mentale — et l’estime de soi — est aussi importante, notamment en cas d’obésité ou de surpoids.

C’est pourquoi le parcours éducatif de santé* conjugue éducation nutritionnelle et promotion des activités physiques et sportives.

Bien manger au lycee

Mais l’école se montre aussi attentive à l’acquisition de compétences psychosociales. Ainsi l’un de ses objectifs est de préparer les élèves à prendre des décisions pour le choix des produits alimentaires. En développant leur esprit critique, l’éducation les aide à résister aux pressions de la publicité autour de ces produits notamment.

Quels sont les acteurs qui portent cette mission au sein de l’école ?

Cette mission n’est pas du seul fait des professionnels de santé. Si médecins et infirmières scolaires sont présents en tant que référents techniques, d’autres acteurs se trouvent au cœur de la mise en œuvre des programmes : en priorité, les enseignants en lien avec les familles, les gestionnaires, les agents de service, les associations, les Agences Régionales de Santé et, bien sûr, la restauration scolaire.

A chacun de trouver la formule pédagogique et éducative.

L’idéal est d’allier complémentarité, cohérence, articulation et surtout continuité. Lorsqu’on y parvient, l’éducation nutritionnelle devient un élément fédérateur qui facilite le vivre ensemble au sein de l’école. C’est ce que j’ai pu observer tout au long de ma carrière.

Pouvez-vous nous donner des exemples d’initiatives mises en place dans le cadre du parcours éducatif de santé ?

Même si la « porte d’entrée » vers l’éducation nutritionnelle reste souvent l’éducation physique et sportive, les enseignants sont nombreux à proposer des initiatives variées en fonction de la classe d’âge des élèves ou la matière enseignée.

Pour les plus petits, cela commence avec l’éducation au goût. Dans certaines écoles, on associe les familles d’origine culturelle différente en leur demandant de préparer des plats de leur pays.

Au collège, des professeurs de français abordent la nutrition au travers des grands textes classiques tandis qu’au lycée, les tendances au végétarisme, au véganisme ou à la défense de la cause animale peuvent donner lieu à des débats avec les élèves.

Petit-dejeuner Cniel

Je pense aussi aux initiatives prises autour du petit-déjeuner, qui permettent par exemple aux professeurs de langue étrangère, de faire travailler les élèves sur les différentes manières d’aborder ce repas à travers le monde et de faire découvrir de nouvelles façons de cuisiner, de consommer des produits de base tels que les fruits, les céréales ou les produits laitiers.

À chacun de trouver la formule pédagogique adaptée au niveau de ses élèves : l’ASCOMED accompagne les enseignants en leur proposant ressources et conseils. 

Le saviez-vous ? L’ASCOMED conseille également le CNIEL dans le cadre d’un partenariat de longue date. Elle apporte son expertise lors de la conception de tous supports et actions pédagogiques relatives à l’alimentation, que nous mettons à la disposition des enseignants, associations et familles.

* Issus de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013

Mots clés