pexels-william-fortunato-6140676

Métiers & formations

Fiche métier

Chargé d’études en valorisation agricole des déchets (H/F)

deux personnes debout qui dessinent un plan, papier blanc chemise blanche

En quelques lignes

Le chargé d’études en valorisation agricole des déchets recherche les meilleurs moyens de valoriser les résidus de la filière laitière.

Le chargé d’études en valorisation agricole des déchets recherche les meilleurs moyens de valoriser les résidus de la filière laitière. Polyvalent, ce professionnel de niveau Bac+5 est spécialisé en agronomie, en agriculture ou en travaux agricoles. Focus sur un métier réclamant qualités relationnelles et compétences techniques. 

 

Métier de l’agriculture : les chargés d’études en valorisation agricole des déchets

Comme toute production, la chaîne du lait génère des déchets, dont la gestion est strictement réglementée par la loi. En effet, ils ne doivent pas être déversés tels quels dans la nature, mais triés et valorisés. 

Les effluents de l’élevage bovin ont une réelle valeur agronomique, car ils peuvent servir pour fertiliser les sols. Cependant, il faut les traiter correctement. 

Pour ce faire, l’intervention d’un ou d’une chargée d’études en valorisation agricole des déchets est de mise. Ces ingénieurs travaillent en recherche appliquée et développement. Leur domaine d’étude concerne 3 secteurs spécifiques, à savoir :

  • la protection de l’environnement ;
  • l’industrie laitière ;
  • l’élevage. 

 

Les missions d’un ingénieur chargé d’études en valorisation agricole des déchets

Sur les exploitations laitières, ces professionnels déploient tous les moyens pour : 

  • trouver des solutions afin de gérer et valoriser correctement les effluents de l’élevage ;
  • trouver le meilleur équilibre pour respecter les réglementations en vigueur en matière d’environnement, et ce, tout en préservant l’activité économique de l’industrie laitière ou de l’élevage. 

Par ailleurs, un chargé d’études en valorisation agricole des déchets use aussi de ses compétences pour ne négliger aucun aspect de son travail. Chacune de ses missions débute par la constitution d’une équipe de spécialistes du domaine concerné, à savoir : 

  • énergies renouvelables ;
  • dégagement gazeux ;
  • plans d’épandage des boues et des déjections animales ;
  • systèmes de traitement des effluents ;
  • etc. 

Une bonne connaissance du terrain : le secret d’un bon chargé d’études en valorisation agricole des déchets

Pour pouvoir proposer des solutions adaptées et ciblées, le chargé d’études doit passer du temps sur le terrain. Conscient que chaque cas est unique, ce professionnel va à la rencontre des différents acteurs concernés par son travail. Il s’agit notamment : 

  • des élus locaux et des administrations ;
  • des industriels ;
  • des techniciens agricoles ;
  • des éleveurs. 

Après avoir analysé le problème sous tous les angles et en prenant en compte les contraintes de chacun, il passe à la rédaction du cahier des charges

Pour évoluer dans sa carrière, le chargé d’études en valorisation agricole des déchets est souvent tenu de gagner en compétences. Il s’agit essentiellement de se former à la gestion de divers autres déchets organiques et de se tourner vers d’autres filières de traitement.

Recycler tout en valorisant les déchets de la chaîne du lait, telle est la principale mission du chargé d’études. Pour mener à bien son travail, cet ingénieur doit maîtriser les différentes thématiques environnementales. Il doit aussi utiliser des outils et des méthodes permettant de valoriser les déchets.

 

Formation : 

  • Mastère professionnel – Systèmes écologiques, spécialité gestion intégrée des agro-systèmes
  • Ingénieur agronome / en agriculture / des travaux agricoles

Témoignage

tree-4152684_1920
Témoignage d’un chargé d’études valorisation agricole des déchets

Lieu : Nord de la France

Q. La gestion des déchets d’élevage, une réalité ?
R. Les industriels sont plus en avance là-dessus, ils gèrent leurs effluents depuis une quinzaine d’années. Pour l’agriculture, l’évolution se fait plus lentement. Le problème vient aussi du fait que quand un éleveur améliore ses pratiques, il n’y a pas de bénéfice immédiat : le changement n’est perceptible au niveau du milieu (nappes phréatiques, atmosphère) que cinq, voire dix ans après.

 

Q. La pédagogie, une qualité indispensable d’un chargé d’études pour la valorisation des déchets ?
R. Oui. Il faut savoir faire passer le message environnemental et « vendre » nos propositions. Cela passe par de nombreuses réunions, des sessions de formation et une vraie disponibilité pour répondre aux personnes qui appliquent nos solutions sur le terrain.

 

Q. Un métier qui évolue ?
R. Oui. Il y a 10 ans, on ne parlait pas de réchauffement climatique et des consommations énergétiques, et voilà que mes prochains projets portent sur l’émission de gaz à effet de serre dans les élevages et les économies d’énergie. C’est un sujet auquel je ne connais pas grand-chose pour le moment, mais dans quelques temps il me faudra répondre aux sollicitations des différents interlocuteurs de la filière.

Toutes les fiches métiers

D'autres métiers proches :

female-engineer-discussing-plans-3862385

Assistant environnement (H/F) : un métier d’avenir

Secteur du métier
Voir le métier
Voir tous les métiers

Galerie