pexels-william-fortunato-6140676

Métiers & formations

Fiche métier

Contrôleur de gestion (H/F) dans la filière du lait

pexels-pavel-danilyuk-5520284

En quelques lignes

Le contrôleur de gestion met en place les outils nécessaires pour aider les dirigeants à prendre des décisions.

Garant de la bonne santé financière d’une entreprise, le contrôleur de gestion ou la contrôleuse met en place les outils nécessaires pour aider les dirigeants à prendre des décisions. Le maniement des chiffres et la rigueur sont les qualités premières pour exercer ce métier. Le secteur de l’industrie, dont la filière du lait, fait partie des plus gros pourvoyeurs de ce poste. 

 

Industrie laitière : contrôleur de gestion, une mission d’aide à la décision

Afin de prendre les meilleures décisions sur les investissements à réaliser et les stratégies à mettre en place, la direction d’une industrie laitière a besoin d’indicateurs chiffrés et de leur analyse. Le contrôleur de gestion intervient à ce niveau. Les informations chiffrées qu’il rassemble, recoupe et transmet servent pour les orientations de l’entreprise.

Généralement, le contrôleur de gestion est spécialisé dans certains domaines de l’entreprise. Ces attributions varient en fonction de la taille et de l’organisation de l’entreprise pour laquelle il travaille. 

 

Les contrôleurs de gestion proposent des prestations annuelles

Chaque année, le contrôleur de gestion dresse le budget de l’entreprise pour l’année suivante en se basant sur des outils informatiques spécifiques. Selon la taille de la firme, cette phase peut durer plusieurs mois. Les prévisions budgétaires constituent une aide pour décider de l’avenir de l’entreprise. 

Le contrôleur de gestion doit de ce fait, tout prévoir, tout calculer, tout prendre en compte. Face aux imprévus, des réajustements seront aussi à effectuer. 

La prestation peut s’avérer complexe dans l’univers du lait, au regard de la multiplicité des produits, des outils et des process spécifiques.

 

Des prestations ponctuelles : de la prospective au service des entreprises laitières

Être sensible aux chiffres, savoir les interpréter et les analyser… Ce sont les trois qualités principales requises pour exercer le métier de contrôleur ou contrôleuse de gestion. Il est impératif de savoir partager les analyses de façon pédagogique et de les synthétiser pour aider les dirigeants de l’entreprise dans leur prise de décision.

Ces experts communiquent régulièrement avec leurs collègues pour rassembler les informations dont ils ont besoin. Ils discutent également avec les directeurs des départements pour mieux analyser les coûts de gestion.

Les contrôleurs de gestion sont sollicités dans différentes branches d’activité. Dans la filière lait ou autre, ils peuvent se voir offrir le poste de directeur administratif et financier après quelques années dans l’entreprise. 

 

Pour accéder à ce poste, présent dans de nombreuses filières, il existe différentes formations en rapport avec l’économie et la finance.

 

Formation : 

  • Une grande école (HEC, ESSEC, ingénieurs) est souvent indispensable, suivie d’une expérience en cabinet d’audit est un plus
  • Ingénieur généraliste
  • Ingénieur en agriculture / Agronome / Industries agricoles et alimentaires
  • CSIL 
  • Ingénieur du lait (IESIEL)

Témoignage

Deux femmes en formation, discussion, bureau, cahiers, réunion, marketing, travail
Témoignage d’un contrôleur de gestion

Lieu : Région parisienne

Q. Quel est votre rôle dans l’entreprise ?
R. J’apporte à la direction générale une aide, un support à la décision. Le rôle des contrôleurs de gestion est stratégique, car nous sommes les seuls à fournir des informations chiffrées. Nous informons chaque mois la Direction générale avec un tableau de bord qui présente les analyses permettant la prise de décision, notamment en termes d’investissements.
Q. Il faut donc un solide esprit d’analyse pour être contrôleur de gestion?
R. Il faut avoir à la fois un esprit d’analyse et de synthèse. Si on livre à la direction générale une analyse de 30 pages, personne ne la lira ! Il faut donc synthétiser de façon simple et directe pour que cela soit exploitable par les directeurs.
Q. C’est une activité solitaire ?
R. Pas du tout ! Il y a une notion d’esprit d’équipe, car on partage les informations avec les autres chefs de groupe du contrôle et avec leurs collaborateurs. Chacun d’entre nous n’en détient qu’une partie. Nous devons collaborer pour parvenir à une approche globale. Nous sommes également en relation avec les opérationnels qu’il faut à la fois écouter… et convaincre !
Q. Cela représente un gros volume de travail ?
R. Oui, surtout en période de budget. Mais c’est stimulant, car on participe en avant-première à la stratégie de la société pour l’année suivante.
Q. Quelle évolution à partir de ce poste ?
R. Normalement, on évolue horizontalement vers les autres métiers de la direction financière (comptabilité, trésorerie, audit interne), ou bien on peut avoir une évolution verticale en montant dans la hiérarchie du contrôle de gestion avec de plus en plus de management. On peut aussi faire le même métier, mais à l’étranger, pour apporter notre compétence spécifique.

Toutes les fiches métiers

D'autres métiers proches :

Controle laitier dans salle de traite

Conseiller en contrôle laitier (H/F)

Secteur du métier
Voir le métier
Voir tous les métiers

Galerie

  • 3 femmes devant ordinateur en réunion
  • facture livre de comptes gestion

    Copyright : PEXELS ou PIXABAY

  • ordinateur jeune gestion marketing
  • facture, tampon gestion papier